Inspiré d’Issa pour Samuel P

Couteau du bourreau-

Flotte un foulard rouge

Autour de ton cou.

                                                           19 octobre 2020

 

                            Cendres dans le poêle

                            Jardin caché sous un drap blanc

                               Souvenirs de mon père

 

tête en l’air

L’azur a dentelé

Une feuille

 

                                                            Avec le brouillard

                                                        Jouer à cache-cache

                                                          Pour se retrouver

 

Le brouillard si dense-

Le sépia des hortensias

Hélas confondus

 

                                            Une abeille d’octobre

                                            Sur le clavier d’ordinateur

                                            Auteur en herbe ?

 

Cette brume à l’automne

Linceul d’été

Ou voile de mariée ?

 

                                                            Le jardin pudique

                                                            Caché sous ses voiles blancs

                                                             Soudain le soleil-

 

Jetant l’or par les fenêtres

Ils flambent

Les arbres en automne

 

                                                                    Près du bac à sable                      

                                                                    Tout petits pas malhabiles

                                                                    d’une vieille dame

 

compte à rebours

les feuilles goutte à goutte

sablier

 

 

            La cheminée fume

            Et juste à côté

            Flambe un liquidambar

  

dans le bac à sable

petite pelle et râteau

mon enfance enfouie

 

                                            Atelier d’écriture

                                              en sortant sur le trottoir

                                            une plume

 

déclinent les clartés

bouffées de chaleur pourtant-

me dénuder

 

                        petit déjeuner

                                    grille-pain-entre deux toasts

                            s’expulse un haïku

 

travelling en vélo

écran de brouillard - ça tourne

le Chien court vers Elle

 

                                                l’automne déjà

                                            malgré mes nombreux printemps-

                                            bouffées de chaleur

 

brumes d’automne

au loin le village

flou et crayeux

 

                                    au pas de la porte

                                    le brouillard frileux

                                    fume clope sur clope

 

brume  d’aube pâle

un pull noué en écharpe

autour d’un tronc nu

 

                                                                        couvre-feu-pourtant

                                                                          la brume au masque blafard

                                                                        crache son crachin

 

dans le micro-onde

sur le plateau tournoyant

thé dansant

 

depuis l’hôpital

les mouvements des nuages

qu’elle photographiait

 


 Hôpital ciel gris

soudain le couloir s'enfièvre

d'un rire d'enfant

 Attente IRM

Cernée par quatre smarphones

Je lis des haïku

 

 Balade en forêt

Disparus les champignons

Pas la salamandre

 

La mélancolie

de la danse des branches

dans le vent d'automne

 

Vue de l'hôpital

J'aperçois ton logement

où tu ne vis plus

        (à Domi)

 

Dans une flaque plouf

des moinelles s'éclaboussent

Au ciel des kitesurf

 

Sur la balançoire

la brise pousse en cadance

L'ombre d'un enfant


 Pantun sayang- concours Bretagne Celties- Co-écrits avec Olivier Gabriel Humbert- Premier prix- revue numérique n°26

Chaîne élément terre : nouvelle poétique sélectionnée pour le concours de Radio Alto : "de fil en Aiguille"- Mis en voix par Françoise pour Radio Alto 

Le Mutique flamboyant : nouvelle de la semaine pour la revue Saint Ambroise- A lire ici

 

Après un voyage au long cours
Les hirondelles rentrent aux nids
Il n'est de voyage retour
Qu'à condition d'être parti
------------------------------------------------------
Un orage furieux, à la force d'Hercule
A abattu le chêne, terrassé, gémissant
Par un hasard curieux un rien un minuscule
Un virus évadé fait trembler les puissants

Premiers pantouns


Le potager est tout en friche
Vieil homme ne peut plus bêcher
Le temps lui marche et il s’en fiche
Nous fauchant, sans se dépêcher.

-------------------------------------------------
La vigne vierge grimpe aux fissures
Du vieux mur un peu délabré
Ta digne verge me rassure
Se dressant sur ma peau fanée. 
------------------------------------------------
Dans l'étang 
Une grenouille a plongé
Je t'attends
En apnée prolongée
----------------------------------------
Le chèvrefeuille s'enroule
s'enroule sous la tonnelle
Quand tu m'effleures je coule
coule,  tu m'ensorcelles
----------------------------------------
  Libre gazouillis d'hirondelles 
sur fil électrique perchées
Bouillie mentale sempiternelle
Electrocute âme épanchée
----------------------------------------  
Le bec du pic poc poc poc
Cogne l'écorce, cherche des vers
La pointe du bic ventriloque
croque quelque quatrains en vers
-----------------------------------------

I l y a une trentaine d’années, je me liai durablement avec une jeune adolescente. Cette relation   avait pourtant très ...